ACCUEIL  
  NOS VOYAGES  
    Grand Safari  
    Tigres de l’Inde  
    Tigres et Taj  
      Lire la suite ...  
  PARCS NATIONAUX  
    Ranthambore  
    Bandhavgarh  
    Kanha  
      Lire la suite ...  
  VIE SAUVAGE  
    Tigre du Bengale  
    Nilgaut  
    Léopard  
       
  ACTUS  
    Déforestation  
    Eau en bouteille  
    Grands barrages  
      Lire la suite ...  
  GALERIES PHOTOS  
 
QUESTIONS PRATIQUES
 
     
 
  Contact | Qui Sommes | Commentaires Clients | Nos Voyages | Presse  

P
O
L
L
U
T
I
O
N

 
  Commentaires clients Lire la suite ...  
 
Pollution de l'eau en Inde


Types de pollution des eaux
La première cause de mortalité en Inde n’est pas la malnutrition comme on pourrait le croire. La première cause est la pollution de l’eau.
Depuis la révolution verte, les ressources ainsi que l’accès à l’eau est de plus en plus difficile. Celle-ci, est de plus en plus polluée et génératrice de maladies.
Cette pollution est due à plusieurs facteurs :
Le premier est le plus important est sans doute la pollution par les pesticides que l’agriculture utilise.
L’autre facteur également très important est la pollution liée aux industries. La plupart de celles-ci rejettent les eaux usées sans les avoir traitées.
Les rejets domestiques affectent aussi les eaux de surface.
Enfin, la pollution qui existe depuis des années est la pollution naturelle. Celle-ci est tout aussi importante du fait qu’elle affecte les nappes souterraines. Elle est due à la présence dans les roches d'éléments minéraux toxiques comme l'arsenic.
La pollution des eaux est un réel problème en Inde
L’eau en Inde est la plupart du temps non potable ET impropre à la baignade.
La plupart du temps, ce sont les eaux de surface qui sont très affectées.
Le boom industriel et démographique que connaît l’Inde aujourd’hui aggravent cette situation.
Des mesures sont nécessaires pour contrer ces effets.
Autrefois, le Gange, fleuve sacré en Inde était propre à la consommation. Les études ont prouvé que cette eau avait une capacité d’autopurification. Elle éliminait les substances polluantes 25 fois plus vite que les autres fleuves. Aujourd’hui, cet eau est si polluée que même s’y baigner comme le font bon nombre d’hindous, représente un risque.

   
 
 
   
   
 

Mesures

Dès 1980, le gouvernement a pris conscience du problème et a lancé des mesures comme le Ganga Action Plan (GAP) et plus récemment le Yamunâ Action Plan (YAP).
Ces deux mesures visaient à rendre les eaux sacrées du Gange propre à la baignade en luttant contre la principale raison de sa pollution : le rejet des eaux usées urbaines.
Cependant, il semblerait que la situation tend à s’aggraver malgré la création de stations d'épuration, de stations de traitement communes des eaux industrielles, de latrines, de crématorium électrique…  
 
Raisons d’un echec
 
Suite au projet gouvernementale, 17 stations d'épuration ont été construites à Delhi.
Ces 17 stations ne sont néanmoins pas efficace etant donné qu’elle tourne aux alentours 30% de leur capacité.
Pourquoi ce chiffre ? la raison est simple. Le système de collecte des égouts est tres ancien.
Sur les 15 millions d'habitants connectés, 55% de l'eau usée n'arrive pas dans une station d'épuration.
De plus, les quartiers pauvres ne sont pas reliés au systeme d’égout.

L’autre raison de cet échec est la défaillance de l’acces à l’electricité en Inde.
En effet, les coupures sont courantes en Inde et certains quartiers passent plus de temps sans éléctricité qu’avec.

Aux problèmes électriques, s'ajoute celui de la mousson. Pendant plusieurs mois, la station ne peut fonctionner car les débits qui arrivent sont trop importants (eaux pluviales + eaux usées).
C’est donc un programme global de développement qui permettrait une meilleure gestion de la pollution et non pas des mesures ponctuelles axées sur un symptome précis.

Pour les rejets industriels, seulement 45% des industries ont mis en place un système de retraitement, qui pour 20% d'entre elles n'est pas efficace suite aux mesures du gouvernement.
La raison principale est le cout elevé de la construction et l’entretien de l’infrastructure.
 
Les coupables

Malgré les importantes sommes versées par l’Etat pour la construction de stations de traitement, l’assainissement des eaux est un échec.

Le gouvernement est accusé de n’avoir pas assez réfléchit sur la question et d’avoir pris des mesures sans au préalable avoir fait des études serieuses.

Le projet de restauration de la Yamunâ est le même projet que celui de la Tamise à Londres. Toutefois, les raisons de la pollution de ces deux fleuves sont distinctes.
On reproche donc au gouvernement d’appliquer un traitement sans prendre en conséquence les causes de ce malaise.

De plus, il semblerait que le manque d’information du public soit lui aussi mis en cause dans l’échec du projet.
Il n’existe en Inde quasiment aucun contrôle au niveau des industries pour vérifier que ces dernieres rejettent une eau propre dans les fleuves.

Autres methodes

Des ONG tentent d’apporter d’autres projets pour le traitement des eaux.
Celles-ci se basent sur la specificité indienne, de ses atouts et faiblesse. D’où l’idée de mettre en place l’énergie solaire pour faire face au déficit d’electricité en Inde.
Une des autres actions de ces ONG est la sensibilisation de la population au problème de la pollution de l’eau et de suggérer au gouvernement des alternatives au deviation de l’eau.

   
@ 2007 Tour Passion | Legal | Privecy